Confinement mondial et COVID-19 – Ce que l’on ne vous dit pas, partie 1

Nous avons assisté à un exposé très clair sur la pandémie déclarée de coronavirus.

offguardian-part-1-1

L’État britannique a adopté une législation, sous la forme du Coronavirus Act, pour obliger les gens à s’isoler et à pratiquer la distanciation sociale afin de retarder la propagation du SARS-CoV-2 (SC2). On nous dit que ce « confinement », une peine de prison commune, est essentiel. On nous dit également que le SC2 a été clairement identifié comme étant le virus qui cause le syndrome COVID-19.

offguardian-part-1-2

Nécessaire ? Légitime ?

Au moment où nous écrivons ces lignes, le SC2 aurait infecté 60 733 personnes et 7 097 personnes seraient mortes du COVID 19 au Royaume-Uni. Ce taux de létalité (CFR) de 11,7% semble être l’un des plus élevés au monde. En outre, avec seulement 135 personnes guéries, le taux de guérison au Royaume-Uni est inexplicablement faible.

Certains lecteurs pourraient se rebuter contre l’utilisation de mots comme « apparemment » et « présumé » en référence à ces statistiques. Les grands médias (Mainstream Media) ont mené la charge pour accuser toute personne qui met en doute le récit de l’État sur le coronavirus de mettre des vies en danger. L’affirmation étant que le fait de remettre en question ce que l’État, ses fonctionnaires et les grands médias nous disent compromet le confinement. Le confinement est, nous dit-on, essentiel pour sauver des vies.

Il est possible à la fois de soutenir le principe de précaution et de remettre en question le confinement. Remettre en cause les preuves scientifiques et statistiques, censées justifier la suppression totale de nos libertés civiles, ne signifie pas que ceux qui le font ne se soucient pas de leurs concitoyens. Au contraire, beaucoup d’entre nous sont extrêmement préoccupés par l’impact du confinement sur tout le monde. Il est désespérément triste de voir des gens soutenir aveuglément leur propre assignation à résidence tout en attaquant quiconque en remet la nécessité en question.

Exercice ? Oui / Non ?

La réponse à la question de savoir si le confinement est remis en question démontre un mépris cavalier et insouciant, est puérile. Les adultes ne devraient pas se contenter de croire tout ce qu’on leur dit comme des idiots sans cervelle. L’esprit critique et le fait de poser des questions ne sont jamais « mauvais », quelles que soient les circonstances.

Seul l’État, avec le soutien inébranlable de son opération de propagande des grands médias, fait respecter l’unanimité de la pensée. Si un système ne peut pas résister à la remise en question, il suggère qu’il est construit sur des fondations fragiles et ne vaut probablement pas la peine d’être maintenu. Pourtant, c’est peut-être ce que l’on ne nous dit pas qui est plus révélateur.

Parmi les nombreuses choses que l’on ne nous dit pas, il y a le nombre de vies que le confinement va ruiner et qui vont se terminer prématurément. Ces vies sont-elles sans importance ?

On ne nous dit pas que les preuves de l’existence d’un virus appelé SARS-CoV-2 sont très discutables et que les tests de dépistage ne sont pas fiables ; on ne nous dit pas que le nombre de décès causés par le COVID 19 est statistiquement vague, apparemment délibérément ; on ne nous dit pas que ces décès se situent bien dans la fourchette normale de la surmortalité hivernale et on ne nous dit pas que les années précédentes, la surmortalité hivernale a été plus élevée qu’aujourd’hui.

Nous n’avons pas eu besoin de détruire l’économie en réponse à ces périodes de pertes, bien pires, alors pourquoi devons-nous le faire pour cela ?

Nous examinerons cela plus en détail dans la deuxième partie.

COMPRENDRE LA DÉSINFORMATION DES GRANDS MÉDIAS

Avant d’aborder ce que l’on ne nous dit pas, il est utile d’examiner comment les HSH répandent la désinformation. Le 22 février, un torchon a publié un article qui prétendait de manière absurde, sans la moindre preuve, que la Russie diffusait délibérément de la désinformation sur le coronavirus. Il a rapporté cela sans aucune critique, ne remettant rien en question. Leur paragraphe d’ouverture se lisait comme suit :

Des milliers de comptes de médias sociaux liés à la Russie ont lancé un effort coordonné pour répandre la désinformation et l’alarme sur le coronavirus, perturbant les efforts mondiaux de lutte contre l’épidémie, ont déclaré les responsables américains ».

Le 10 mars, le même torchon a rapporté une autre histoire de désinformation dans laquelle il était noté :

« Les experts en désinformation disent qu’il y a peu de preuves d’efforts concertés pour répandre des mensonges sur le virus, ce qui suggère que les informations trompeuses en circulation sont principalement diffusées par le biais de bavardages populaires ».

L’ironie ne doit pas être négligée. Contredisant directement leur propre désinformation antérieure, cette pâte à modeler des grands médias suppose que nous sommes tous si stupides que nous ne remarquerons pas leur perpétuelle tournure et leurs affirmations sans preuves. Le diffuseur national du Royaume-Uni, la BBC, est peut-être le pire de tous les propagandistes de la désinformation. Le volume de désinformation qu’elle diffuse est à couper le souffle.

La Déclaration universelle des droits de l’homme des Nations unies explique ce que signifie la liberté d’expression. Tous les êtres humains naissent libres avec une dignité et des droits égaux. Ces droits sont accordés à tous sans aucune distinction. L’article 19 stipule ce qui suit :

Tout individu a droit à la liberté d’opinion et d’expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans distinction de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d’expression que ce soit ».

offguardian-part-1-5

La BBC, qui ne se soucie manifestement pas des droits de l’homme, a soutenu avec joie la censure du soi-disant théoricien du complot David Icke. Ils l’ont fait en répandant la désinformation. Icke s’est inquiété du lien possible entre la 5G et la propagation du coronavirus. Il n’a pas incité à la violence, comme le suggère la désinformation de la BBC. La BBC a complètement induit le public en erreur lorsqu’elle a déclaré :

« Les théories de conspiration liant les signaux 5G à la pandémie de coronavirus continuent de se répandre malgré l’absence de preuves que les signaux des téléphones portables présentent un risque pour la santé. »

Bien que je sois d’accord avec la BBC pour dire qu’il n’y a pas de preuve d’un lien entre la 5G et le coronavirus, nous ne pouvons certainement exclure les risques sanitaires de la 5G. Car la seconde moitié de leur déclaration, selon laquelle il n’y a aucune preuve que les signaux mobiles présentent un risque pour la santé, était une tromperie mensongère.

Il existe une multitude de preuves de ce risque.

La principale revue médicale, The Lancet, a noté ces risques en 2018 :

« …des preuves scientifiques de plus en plus nombreuses suggèrent qu’une exposition prolongée aux radiofréquences électromagnétiques a des effets biologiques et sanitaires graves ».

Pourquoi la BBC est-elle si disposée à induire le public en erreur et à l’exposer à des préjudices sanitaires inutiles ? Est-ce délibéré ou s’agit-il simplement de journalistes de pacotille ?

Dans les deux cas, il est clair qu’ils sont des colporteurs habituels de désinformation. Ils ne semblent pas mieux que les pires sites « putaclics » qui ont proliféré ces dernières années.

Les grands médias sont responsables de la majorité de la désinformation et de la désinformation qui circulent actuellement. Nous devons vérifier avec diligence chaque affirmation qu’ils font et vérifier les preuves nous-mêmes. Il ne faut pas leur faire confiance. Comme le souligne à juste titre la BBC :

ARRÊTEZ-VOUS AVANT DE PARTAGER

VÉRIFIEZ VOS SOURCES

(Si ce sont les grands médias, vérifiez s’ils fournissent des preuves ou si ce n’est que leur opinion. Si c’est leur opinion, ignorez-les. Elle est presque certainement infondée)

FAITES UNE PAUSE SI VOUS ÊTES ÉMOTIF

(Si vous vous sentez émotionnel, vous venez probablement d’être manipulé par les grands médias)

« GUIDÉ PAR LA SCIENCE » SIGNIFIE « SCIENCE À LA CARTE »

L’État britannique a tenu à insister sur le fait que nous croyons tous que leur réaction au confinement est guidée par la science. Cependant, il a choisi la science pour mettre en place le confinement et a ignoré les preuves scientifiques considérables qui le contredisent. Les gouvernements britannique et américain ont tous deux utilisé les modèles informatiques de l’Imperial College London (ICL), prédisant des millions de morts, pour justifier la suppression de nos libertés civiles.

Dès lors que le confinement a été mis en place, les scientifiques, après avoir lancé leur campagne de collecte de fonds pour la recherche sur les vaccins, ont revu à la baisse leurs projections, passant de 550 000 décès au Royaume-Uni à 20 000, voire moins. Neil Furguson, le scientifique responsable du rapport initial de l’ICL, a déclaré qu’ils avaient révisé les chiffres en raison de l’efficacité des mesures de sécurité du confinement.

Pour bénéficier de ce confinement, il faudrait qu’il dure au moins 18 mois jusqu’à ce qu’un vaccin soit trouvé. L’ICL sont des bénéficiaires de subventions de la Fondation Bill et Melinda Gates. Ils n’ont montré aucun intérêt pour la recherche d’éventuels traitements préventifs, réduisant ainsi le besoin d’un vaccin, comme l’hydroxychloroquine.

Les premiers modèles informatiques de l’ICL étaient basés sur des hypothèses non prouvées. Ils supposaient que le SC2 se répandrait comme la grippe. Cela était contraire aux conclusions de l’Organisation mondiale de la santé, qui affirmait à la fois que le SC2 ne semblait pas se propager aussi rapidement que la grippe et qu’il était moins virulent.

L’OMS a constaté un taux d’infection allant jusqu’à 20 %, lorsque les personnes étaient exposées au SC2 dans des lieux très fréquentés pendant des périodes prolongées, et un taux d’infection de 1 à 5 % dans la communauté. Cela n’avait rien à voir avec la propagation de la pandémie de grippe H1N1 de 1918.

Cependant, en publiant son document le 16 mars, l’ICL a complètement ignoré les recherches de l’OMS qui avaient été publiées un mois plus tôt et a déclaré, sans aucune justification :

Le COVID-19, un virus dont la létalité est comparable à celle de la grippe H1N1 en 1918″.

Le Dr Knut M. Wittkowski
Le Dr Knut M. Wittkowski

Public Health England (PHE) a contesté les hypothèses sans preuves de l’ICL et a déclassé le COVID 19 de maladie infectieuse à haute conséquence (HCID), en raison des taux de mortalité relativement faibles.

Cependant, ignorant l’OMS et PHE, le Royaume-Uni et les États-Unis ont décidé que seule l’ICL savait de quoi ils parlaient. Choisissant leurs recherches très douteuses, ils ont insisté sur le fait que le verrouillage était nécessaire pour « aplatir la courbe » et, au Royaume-Uni, protéger le NHS.

La science que l’État a choisi de croire est l’opinion minoritaire qu’il semble. Les épidémiologistes, les statisticiens épidémiologiques, les microbiologistes, les mathématiciens et de nombreux autres scientifiques et universitaires du monde entier ont averti à plusieurs reprises que le verrouillage est précisément la mauvaise chose à faire.

Le COVID 19, la maladie censée être causée par le SC2, n’est ressentie que comme une mauvaise toux ou un rhume par la grande majorité des personnes relativement en bonne santé. Le Dr Knut M. Wittkowski (Ph.D.) fait partie du nombre croissant de scientifiques de renommée mondiale qui remettent en question ce que l’État et ses grands médias nous disent. En ce qui concerne à la fois le SC2 et le COVID 19.

le Dr Wittkowski a déclaré

« Avec toutes les maladies respiratoires, la seule chose qui arrête la maladie est l’immunité de groupe. Environ 80 % des personnes doivent avoir été en contact avec le virus. Il est très important de garder les écoles ouvertes et les enfants se mêlant à la propagation du virus pour obtenir l’immunité collective le plus rapidement possible, et ensuite les personnes âgées, qui devraient être séparées, et les maisons de retraite devraient être fermées pendant ce temps, peuvent revenir et rencontrer leurs enfants et petits-enfants après environ 4 semaines lorsque le virus a été exterminé… Si nous avions l’immunité collective maintenant, il ne pourrait pas y avoir de deuxième vague en automne ».

Ces scientifiques et universitaires sont tous complètement ignorés par l’État. Pourtant, ils en croient d’autres, comme le professeur Neil Ferguson et la professeure Karine Lacombe, sans hésitation. C’est peut-être une coïncidence si les scientifiques que l’État choisit de croire semblent, dans leur grande majorité, avoir des liens étroits avec les fondations mondialistes et les sociétés pharmaceutiques qui développent le vaccin contre le coronavirus tant vanté.

ÊTES-VOUS CONFIANT EN CE QUI CONCERNE LE CONFINEMENT À CAUSE DU CORONAVIRUS ?

Ceux qui rejettent toute critique du confinement, et qui acceptent simplement tout ce que l’État leur dit, pensent sans doute que l’État n’a que nos intérêts à cœur et ne ferait jamais rien pour nous nuire. Peut-être pensent-ils que remettre en question les affirmations de l’État ne peut être que de la théorie du complot.

C’est certainement le message constamment renforcé par les grands médias.

Cependant, il existe également de nombreuses preuves que l’État trompe fréquemment le public. Il suffit de se pencher sur les mensonges concernant les Armes de Destruction Massive (ADM) qui ont servi à déclencher une guerre illégale en Irak en 2003 pour comprendre que l’État est prêt à servir les intérêts des puissants et qu’il se soucie peu des vies perdues dans cet effort.

offguardian-part-1-8

Par conséquent, au Royaume-Uni, il est utile de récapituler ce à quoi nous consentons avec la loi sur le coronavirus :

Nous consentons à une surveillance accrue de l’État sur nous-mêmes et notre famille.

Nous sommes heureux que nous puissions être détenus, sans inculpation, parce que certains fonctionnaires de l’État soupçonnent, ou prétendent soupçonner, que nous pourrions être infectés.

Nous sommes heureux que nous ou nos proches puissions être internés en vertu de la loi sur la santé mentale sur recommandation d’un seul médecin et que ni nous ni eux n’ayons besoin de la protection d’un second avis avant d’être enfermés.

Nous acceptons que l’État puisse conserver nos données biométriques et nos empreintes digitales pendant une période prolongée.

Nous acceptons que les procès devant jury soient un peu anachroniques et que les juges puissent entendre davantage de preuves par liaison vidéo ou même audio.

Nous pensons qu’il est bon que les preuves requises, et les processus entrepris, pour déterminer et consigner nos décès ou ceux de nos proches puissent être érodés au point d’être enregistrés par des personnes sans aucune expertise médicale ou juridique.

Nous pensons que le NHS n’a pas besoin d’adhérer à des normes de pratique ou de se préoccuper d’évaluer les besoins de certains patients, en particulier les personnes âgées.

Nous sommes également d’accord avec la suspension complète de la démocratie en Grande-Bretagne.

Nous acceptons tout cela sur la base d’un sous-ensemble unique d’avis scientifiques qui, contrairement à tous les principes scientifiques connus, ne peuvent jamais être remis en question.

Nous sommes d’accord avec les grands médias sur le fait que les personnes qui remettent en question un aspect quelconque des histoires qu’elles nous racontent sont dangereuses parce que ces personnes ne se soucient tout simplement pas de la mort de leurs propres proches. Seuls les vrais croyants se soucient de leur famille.

Nous acceptons également la nécessité pour l’État d’investir des ressources considérables pour créer des unités de contre-désinformation dont le but est de censurer tout ce qui remet en question nos croyances les plus profondes. Les croyances informées par les nombreuses personnes qui exercent la censure.

offguardian-part-1-9
Dr Sucharit Bhakdi, microbiologiste de renommée mondiale

Je ne sais pas pour vous, mais je ne suis toujours pas convaincu par les preuves que j’ai vues jusqu’à présent. Je ne doute pas qu’il y ait une crise sanitaire et un excès de décès saisonniers, mais je n’ai vu aucune preuve que les chiffres sont sans précédent ou inhabituels de quelque façon que ce soit. Nous examinerons ces preuves plus en détail dans la deuxième partie.

Je reconnais que nous devons exercer le principe de précaution et prendre des mesures pour limiter les risques pour les plus vulnérables, mais je n’accepte pas que le confinement soit la meilleure façon de procéder. Je ne vois pas non plus la nécessité de toutes les autres clauses dictatoriales de la loi sur le coronavirus. Je ne suis pas d’accord.

Si vous pensez que tout cela sera bientôt terminé et n’empirera pas, je crains que vous ne soyez déçu. L’État britannique a basé ce confinement sur les déchets scientifiques vomis par l’ICL. Voici une autre des recommandations de l’ICL :

Le principal défi de la répression est que ce type d’intervention intensive – ou quelque chose d’équivalent pour réduire la transmission – devra être maintenu jusqu’à ce qu’un vaccin soit disponible (potentiellement 18 mois ou plus) ».

Rien n’indique que ce n’est pas l’intention de l’État. Il est certain que des voix s’élèvent déjà aux États-Unis pour indiquer leur désir d’un confinement de 18 mois. Apparemment, ils s’inspirent directement du rapport discrédité de l’ICL et ignorent tout le reste. Nous ne devons pas non plus supposer que les pouvoirs draconiens dont l’État s’est emparé ne vont pas s’aggraver.

La plupart de cette réaction est motivée par la politique mondialiste émanant, en l’occurrence, de l’Organisation mondiale de la santé. Lors de la conférence de presse quotidienne de l’OMS du 30 mars, le Dr Michael Ryan, directeur exécutif du programme d’urgence sanitaire de l’OMS, a déclaré

Les confinements et les arrêts d’activité devraient vraiment faire partie d’une stratégie globale globale…. La plupart des cas de transmission qui se produisent actuellement dans de nombreux pays se produisent dans les foyers au niveau familial… Nous devons maintenant aller voir dans les familles pour trouver les personnes qui pourraient être malades et les retirer et les isoler de manière sûre et digne ».

Étant donné que nous vivons maintenant dans une dictature de facto, il n’y a aucune raison de croire que les États du monde entier ne s’en serviront pas comme justification pour commencer à expulser les gens de leurs foyers. J’espère que le bon sens prévaudra et, à mesure que la pandémie s’atténuera, la pression de l’opinion publique se fera plus forte pour que cette législation dictatoriale soit abrogée.

Toutefois, au vu de certains des commentaires que j’ai vus sur les médias sociaux ces deux dernières semaines, de l’achat de panique et des attaques contre quiconque met en doute le récit de l’État, il semble que de nombreuses personnes soient si effrayées qu’elles ont désespérément besoin de croire que l’État essaie de les sauver.

Cette crainte est fondée sur une apparente ignorance de la gravité économique du confinement et du risque sanitaire monumental qu’il représente. Les gens ne semblent pas vouloir savoir qu’il existe un doute considérable quant à la légalité de la loi sur le coronavirus, même en droit international. Il est également douteux que le SARS-CoV-2 soit un virus identifiable et les statistiques qui nous sont données pourraient bien être basées sur des tests qui ne peuvent de toute façon pas l’identifier. Il est prouvé que les statistiques qui nous sont données ont été délibérément manipulées pour exagérer le risque sanitaire et rien ne prouve que ces décès excessifs sont « sans précédent ».

Si vous êtes parmi les rares à vouloir examiner ces preuves, j’espère que vous lirez la deuxième partie de cette série d’articles. A paraître prochainement.

Traduction de Off-guardian.org par Aube Digitale

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *