Gros problème : deux milliards de personnes ne seront pas suivies par l’application Google-Apple de suivi du coronavirus

Écoutez, voici le problème.

Il est très important de traquer les gens car sinon, le virus pourrait se propager et nous ne pouvons pas permettre que le virus mettent la vie des gens en danger. Mais les téléphones que beaucoup de pauvres utilisent n’ont pas la technologie nécessaire pour permettre à l’application de traçage de fonctionner. Comme nous ne pouvons pas simplement donner à tous ces gens de nouveaux téléphones gratuitement et qu’ils sont trop pauvres pour en acheter de nouveaux eux-mêmes, la solution idéale pour tous serait que les gouvernements leur injectent une micropuce informatique petite et bon marché qu’ils porteront sous la peau. Cette micropuce sera moins chère qu’un smartphone, donc tout le monde y gagne. Selon le Daily Mail :

Jusqu’à deux milliards d’utilisateurs de smartphones dans le monde ne pourront pas utiliser l’application de recherche de contacts coronavirus actuellement développée par Apple et Google.

Des centaines de millions de vieux smartphones encore actifs ne disposent pas des logiciels et du Bluetooth nécessaires pour faire fonctionner la nouvelle application, qui pourrait être lancée le mois prochain.

L’application avertira les propriétaires de smartphones qu’ils ont été en contact avec une personne qui a depuis été infectée par le virus, en leur conseillant de s’isoler.

Ces données seront ensuite transmises aux gouvernements et aux autorités de santé publique du monde entier afin de contribuer à stopper la propagation de la maladie.

Mais les appareils de plus de cinq ans n’ont pas les puces sans fil et les logiciels nécessaires pour faire fonctionner l’application, ce qui signifie que des données démographiques clés pourraient être perdues, selon un expert.

« La limitation technologique sous-jacente réside dans le fait que certains téléphones utilisés ne disposent pas encore de la technologie Bluetooth ou du système d’exploitation le plus récent », a déclaré Ben Wood, analyste chez CCS Insight, au Financial Times.

Si vous faites partie d’un groupe défavorisé et que vous avez un vieil appareil ou un téléphone à fonctions, vous ne pourrez pas profiter des avantages que cette application pourrait vous offrir ».

Les deux milliards de smartphones actifs qui ne seront pas pris en compte incluront probablement des personnes plus pauvres et plus âgées, qui sont également parmi les plus vulnérables au COVID-19.

« En tout, près de deux milliards de personnes ne bénéficieront pas de cette initiative au niveau mondial », a déclaré Neil Shah, analyste chez Counterpoint.

« Et la plupart des utilisateurs de ces appareils incompatibles appartiennent à la tranche des revenus les plus faibles ou à la tranche des personnes âgées, qui sont en fait plus vulnérables au virus ».

Google et Apple ouvrent leurs systèmes d’exploitation mobiles afin que les appareils iPhone et Android puissent tous deux exécuter l’application de recherche de contacts.

La nouvelle application, qui sera disponible pour les smartphones fonctionnant sous Android de Google et iOS d’Apple, a été annoncée au début du mois.

« Les développeurs de logiciels contribuent à l’élaboration d’outils techniques pour aider à combattre le virus et à sauver des vies », a déclaré Google dans un billet de blog.

« Dans cet esprit de collaboration, Google et Apple annoncent un effort conjoint pour permettre l’utilisation de la technologie Bluetooth afin d’aider les gouvernements et les organismes de santé à réduire la propagation du virus, la confidentialité et la sécurité des utilisateurs étant au centre de la conception ».

Oui, c’est grâce à un esprit de collaboration, et non grâce à un autre type de motivation.

Ce n’est qu’une coïncidence qu’en étant aimables et en collaborant, ces géants de la technologie augmenteront leur connaissance des gens et leur pouvoir sur la population.

Lorsque deux personnes entrent en contact, le téléphone de chacune d’entre elles échange des signaux Bluetooth via des puces spécifiques qui sont utilisées pour détecter la proximité entre les appareils.

Si une personne qui utilise l’application obtient un résultat positif au test du COVID-19, elle peut alors télécharger ses mouvements dans une base de données publique.

Les autres utilisateurs pourront alors comparer anonymement leurs propres journaux de bord avec ceux des autres utilisateurs pour voir s’ils ont été potentiellement exposés à un porteur du virus.

En cas de correspondance, la personne recevra un message indiquant quand et où elle a pu être exposée, ainsi que des conseils pour savoir si elle doit simplement surveiller les symptômes, se faire tester ou se mettre en quarantaine.

Mais les puces qui déclenchent le processus sont absentes d’un quart des smartphones en usage dans le monde aujourd’hui, selon Counterpoint Research, alors que 1,5 milliard de personnes au total utilisent des téléphones qui ne fonctionnent pas du tout avec Android ou iOS.

Il y a ensuite le problème des personnes qui n’utilisent pas de téléphone portable ou qui n’en emportent même pas un avec eux quand ils vont au sport.

Remarquez comment ils mentionnent « l’autorisation journalière de faire des exercices physiques » du confinement comme si cela allait devenir un élément permanent de la vie quotidienne.

Les gens ont permis aux gouvernements de leur ôter leur liberté en espérant que cela les protégerait du virus, mais le virus ne disparaîtra jamais et il est très peu probable que les gouvernements redonnent volontairement leur liberté aux gens.

Source : Aube Digitale

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *